FORMATION ALTITUDE (II)

FORMATION ALTITUDE (II)

novembre 21, 2020 0 Par Patrick Arnaud

Entraînement en altitude pour augmenter les performances au niveau de la mer (2ème partie)

De nombreux cyclistes considèrent l ‘ entraînement en altitude comme un avantage: stimuler le corps à produire plus de globules rouges . Une fois retournés dans un environnement «riche en oxygène» au niveau de la mer, cela leur permettra de transporter plus d’oxygène vers les muscles mais jusqu’à présent, de nombreux cyclistes pensaient devoir rester pour de longs séjours dans ces endroits de haute altitude.

Le voyage avant un événement important doit être examiné afin que la compétition tombe environ entre 15-20 jours après le retour au niveau mer. Une fois de retour des hauteurs, de nombreux athlètes se sentent assez épuisés après trois semaines d’entraînement intensif en altitude et ont besoin de temps de récupération. Les rapports présentés par Dick suggèrent que de nombreux athlètes ont besoin de 8 à 11 jours pour se réacclimater au niveau de la mer et que les performances de pointe seront optimales entre 15 et 24 jours à compter de la date de retour (de l’altitude au niveau de la mer).

Vous pourriez être intéressé par: Master en préparation physique sportive

Il faut se rendre compte que les cyclistes qui ont acquis une augmentation aérobie après leur entraînement en altitude auront probablement un impact sur leur nombre de lactates et donc augmenteront leurs capacités à concourir à un niveau supérieur. Les cyclistes ou les athlètes de fond qui prennent la compétition au sérieux devraient tenir compte de ces périodes d’altitude et les inclure dans leur programme d’entraînement. Ceux qui l’ont fait mais qui ont obtenu des résultats médiocres devraient revoir les détails de leurs expériences et réessayer, en adaptant leur parcours à ce qui est indiqué ici. Votre mauvaise expérience peut résulter d’une mauvaise planification ou d’une mauvaise préparation. Comme pour tout nouvel aspect de l’entraînement, rappelez-vous que pouvoir répondre aux questions clés de l’entraînement en altitude n’est qu’une facette de tout ce qui entre dans la planification totale de l’athlète, de sorte que leurs habitudes doivent être aussi peu distraites que possible de leur vie. tous les jours. Les points clés à retenir, lors de l’ajout de périodes d’entraînement en altitude au cours de la saison, peuvent être résumés comme suit:

  • N’attendez pas lors de la préparation d’une compétition majeure, pour tester le gain d’altitude pour la première fois. Vous ne savez pas comment vous vous sentirez et quels résultats vous obtiendrez de l’entraînement en altitude et il est conseillé de l’essayer des mois avant.
  • Utilisez si possible des tests d’évaluation physiologique réalisés par des experts et en laboratoire, avant votre voyage et au retour. , afin de quantifier le changement subi par les différentes variables telles que la capacité aérobie, le seuil lactique et le taux d’hémoglobine. Les niveaux absolus d’acide lactique sont également très utiles dans vos entraînements ou dans un test le plus proche de votre spécialité sportive.
  • Lorsque vous arrivez à votre séjour en altitude, utilisez quelques jours de climatisation (deux ou trois jours) sans formation trop exhaustive. Si vous n’y êtes pas habitué ou si c’est la première fois, évitez les altitudes trop élevées donc évitez de vous entraîner si fort que le stress de l’altitude devienne excessif.
  • Assurez-vous que le terrain sur lequel vous allez voyager en altitude offre le possibilité de s’entraîner sur des surfaces planes et sur des collines (en montée et en descente).
  • Restez assez longtemps pour acquérir suffisamment d’adaptation pour permettre à l’effort d’avoir été digne: au moins trois à quatre semaines.
  • Pendant vos périodes en altitude, essayez d’avoir un niveau de vie (par exemple des horaires) aussi proche que possible de ce que vous avez vécu au niveau de la mer au cours des semaines précédentes. Vous devrez prévoir à l’avance que l’environnement dans lequel vous vous installez est paisible et familial.
  • Si des compétitions majeures après l’entraînement en altitude sont prévues au niveau de la mer, rentrez chez vous assez longtemps bientôt (environ deux semaines) pour permettre des adaptations ventilatoires et neuromusculaires avant le départ des courses.